Headline Ads Banner

EHPAD’Mag n°51 : ACCOMPAGNEMENT EN FIN DE VIE – Les soins palliatifs dans les EHPAD Dossiers

Alors que le rapport d’information du Sénat sur la situation dans les EHPAD lui était remis, Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, disait aux sénateurs : « Le désarroi quotidien du personnel [des EHPAD] est en partie liée au fait que les personnes accueillies meurent en moyenne dans les deux ans. C’est très anxiogène et déprimant. Nous devons former le personnel et organiser la fin de vie en Ehpad. » Mais comment ?

 

Ont contribué à ce dossier : la SFAP, le CNSPV et Marc Perez (H.doc)

Les soins palliatifs dans les EHPAD

L’EMSP Territoriale du Val-d’Oise :

une EMSP entièrement réservée aux EHPAD

Alors que le rapport d’information du Sénat sur la situation dans les EHPAD[1] lui était remis, Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, disait aux sénateurs : « Le désarroi quotidien du personnel [des EHPAD] est en partie liée au fait que les personnes accueillies meurent en moyenne dans les deux ans. C’est très anxiogène et déprimant. Nous devons former le personnel et organiser la fin de vie en Ehpad. » Mais comment ? Le mieux serait sans doute de s’inspirer des expériences de terrain qui existent déjà partout en France, et notamment des pratiques des professionnels de santé des soins palliatifs dont 10 000 sont membres de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP).

 

Pour « former le personnel et organiser la fin de vie en EHPAD », il serait possible de s’inspirer, par exemple, d’une expérience originale à quelques kilomètres du ministère, dans le département du Val-d’Oise, où une équipe mobile de soins palliatifs (EMSP) entièrement réservée aux EHPAD a été créée.

L’EMSP Territoriale du Val-d’Oise existe depuis 5 ans, intervient dans 60 EHPAD du département hébergeant plus de 5 000 résidents, et a déjà sensibilisé à la démarche palliative plus de 300 professionnels de ces établissements.

Avant la création de cette EMSP, 30 % des résidents décédaient à l’hôpital. Depuis qu’elle existe, 10 % seulement des résidents ont besoin d’une hospitalisation en toute fin de vie.

Cette EMSP n’a pas été créée d’un coup de baguette magique ! Comme souvent, une expérimentation repose au départ sur quelques bonnes volontés, venant d’horizons différents, qui cheminent ensemble et se dépensent sans compter :

  • pour les EHPAD : Christian Boissel, directeur de l’EHPAD Le Boisquillon[2], pilotait un groupe de travail « soins palliatifs » au sein du Réseau Gérontologique Inter Établissements et Services du Val-d’Oise (REGIES-95).[3]
  • pour les soins palliatifs : le Dr Anne de la Tour, responsable médical des soins palliatifs du CH d’Argenteuil, présidait la Coordination régionale de soins palliatifs d’Ile-de-France, dans le Val-d’Oise (CORPALIF-95).[4]
  • pour la gériatrie :le Dr Philippe Taurand, chef de pôle, responsable médical de l’Équipe mobile de gériatrie et de l’Équipe mobile d’accompagnement Douleur et Soins palliatifs au sein de l’Hôpital Simone Veil du Groupement Hospitalier Eaubonne-Montmorency.

À l’époque, les EHPAD reprochaient aux EMSP intra-hospitalières de ne pas toujours être disponibles quand ils en avaient besoin, et les professionnels de santé des soins palliatifs reprochaient aux EHPAD d’être appelés trop tardivement, les cantonnant dans le rôle de « prescripteurs de la dernière heure » alors que le résident aurait pu bénéficier de soins palliatifs bien avant sa toute fin de vie. Comment s’entendre ? La CORPALIF-95 et le REGIES-95 décidèrent de se rapprocher pour promouvoir la démarche palliative dans les EHPAD.

La démarche palliative n’est pas un slogan. La Haute Autorité de Santé (HAS) en donne une définition précise : « La démarche palliative est une façon d’aborder les situations de fin de vie de façon anticipée : accorder une place aux questions éthiques, à l’accompagnement psychologique, aux soins de confort, au juste soin, repérer précocement les besoins en terme de soins palliatifs des « personnes approchant de leur fin de vie ». Elle facilite, lorsque le traitement spécifique de la maladie atteint ses limites, le passage progressif à des soins palliatifs. La démarche palliative fait partie de la prise en charge globale du patient. »[5] Le maître-mot de la démarche palliative est l’anticipation. Mais comment procéder pour des dizaines d’EHPAD et leurs milliers de résidents ?

S'il vous plait Connexion - Login Pour voir ce contenu. (Pas encore membre ? Adhérez maintenant !)

S'il vous plait Connexion - Login pour poster un commentaire

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.